• Equilibre et Bien être

    Cinq bonnes raisons de pratiquer le Tir à l'Arc :

     

     

    Sport pour tous :
    Petits ou grands, maigres ou gros, femmes ou hommes, le tir à l’arc est un sport adapté à tous les âges, toutes les morphologies, et pratiquement tous les handicaps.


    Sport bénéfique pour la santé :
    Pour la santé le tir à l’arc concourt à l’amélioration de la coordination des mouvements et de l’équilibre, à l’amélioration de ses repères dans l’espace, à un exercice musculaire équilibré, à l’amélioration du système cardiovasculaire et à la réadaptation à l’effort. Il a un effet anti-stress et permet de canaliser son énergie et d’améliorer sa concentration.


    Sport favorisant l’adaptation sociale :
    Convivial, favorisant les échanges entre générations le tir à l’arc incite à la maîtrise de soi et au respect des règles et des personnes.

    Sport d’intérieur et de plein air :
    Les disciplines de parcours allient les vertus de la marche, voire de la course à la technicité propre aux tirs en situations variées. Il incite à l’intégration dans
    l’environnement et à son respect.


    Sport éducatif :
    Le Tir à l'Arc permet d'apprendre à compter, à gérer son stress, à analyser son action, à planifier sa saison. Il est un segment créatif de vie sociale.

     

    Les contre-indications à la pratique du tir à l’arc


    L'avis d'un médecin spécialisé (ou d'un médecin fédéral) est souhaitable dans les cas suivants :

    - Pathologies cardio-vasculaires et respiratoires :
     . Hypertension Artérielle sévère non stabilisée
     . Angor d'effort
     . Cardiopathie sévère non stabilisée
     . Infarctus du Myocarde récent (Contre-indication relative)
     . Pneumothorax (Contre-indication relative)

    - Pathologies traumatologiques et rhumatologiques :
     . Scoliose importante évolutive (Contre-indication relative ou temporaire)
     . Fracture récente non-consolidée
     . Intervention chirurgicale abdominale récente
     . Pathologie articulaire chronique du membre supérieur

    - État de grossesse : à partir de la 35ème semaine d'aménorrhée

    - Troubles neurologiques et psychiatriques (laissé à l'appréciation du médecin examinateur)

    En cas de modification de son état de santé et/ou de survenue d'une contre-indication définie
    dans le règlement médical de la F.F.T.A., l'archer doit solliciter un nouvel avis médical dans les
    15 jours qui précèdent la compétition à laquelle il désire participer, plus particulièrement
    lorsqu'il s'agit d'un championnat régional ou national.