• 06/09/2017

    Tir à l’arc

    Félix Sobry (LCAC) sacré champion de France

     

    Félix Sobry (LCAC) sacré champion de France
    C’est dans la catégorie arc à poulies que le licencié limougeaud a été sacré champion de France 2017.? © photo georges Vergnol

     

    Pour la première fois de sa jeune carrière, Félix Sobry a été sacré champion de France FITA(*) en arc à poulies, il y a une dizaine de jours. Le Guérétois, licencié au Limoges Couzeix Arc Club revient, avec humilité, sur un exploit qui a bien failli ne pas se produire…

     26 août dernier. En ce samedi matin, tout se passe pour le mieux du côté d'Argenteuil. Les premières flèches de Félix Sobry ont, presque, toutes trouvé le centre de la cible et le Creusois se dirige tranquillement vers une qualification pour les phases finales du championnat de France.

     Du moins jusqu'à cette flèche, cette « erreur » comme il la qualifie désormais, qui a failli lui coûter l'élimination. « Cela faisait un moment que j'avais armé mon arc, je ne me sentais pas très bien, je commençais à trembler, se rappelle Félix Sobry. J'ai voulu revenir à ma position initiale, sauf que j'ai oublié de mettre mon pouce sur la sécurité et là, c'est parti… »

     Un événement salutaire

     Le jeune homme prie alors pour que sa flèche touche, au moins, la cible. Bingo. Elle heurte la partie bleue et lui rapporte 6 points sur 10. Un moindre mal. Symbole que, peut-être, il ne pouvait rien lui arriver ce jour-là.

     Loin de s'affoler, Félix Sobry continue d'enquiller les flèches avec un flegme remarquable. À l'image de son discours : « Finalement cet événement m'a sûrement servi. Je me suis dit que j'avais fait ma "connerie" de la compétition et que je devais vite rebondir. » Du haut de ses 28 ans, Félix Sobry dégage une maturité incroyable. Un calme olympien qui n'est certainement pas étranger à la réussite de celui qui a repris la compétition sur le tard. Par hasard.

     « J'avais fait une première année de tir à l'arc à 14 ans, explique Sobry. Mais j'avais arrêté. Je trouvais ça sympa, mais je préférais être avec les copains (rires). Puis, quelques années après, j'ai rencontré un ami d'un ami, au marché de pays de Voutezac (Corrèze, ndlr), qui m'a raconté qu'il faisait du tir à l'arc. Et de fil en aiguille, j'ai repris l'activité. »

     Cette histoire, que le principal intéressé qualifie de « totalement improbable », Félix Sobry se l'est certainement rappelée en montant sur la plus haute marche du podium des championnats de France FITA 2017. Car, bien que classé 50 e des phases de qualifications (seuls les 54 premiers sont autorisés à passer le "cut"), le citoyen de Guéret s'est offert le luxe de remporter tous ses duels contre des archers pourtant plus expérimentés que lui. « Mon objectif était d'arriver en 16 es de finale. Le reste, ce n'était que du bonus. J'ai pris les flèches les unes après les autres, et voilà quoiæ ». Le sociétaire du LCAC ne semble pas avoir pris la pleine mesure de son exploit.

     « Pas la meilleure personne pour représenter la France »

     Et à la question de savoir si ce titre lui ouvre les portes d'une sélection internationale, le technicien de laboratoire au Centre Hospitalier de Guéret fait, une nouvelle fois, preuve d'humilité : « Non, cela ne fonctionne pas comme ça en tir à l'arc. Il y a des sélections organisées deux fois par an. De toute façon, je ne pense pas être, à l'heure actuelle, la meilleure personne pour représenter la France dans des compétitions internationales. »

     N'y voyez aucune démagogie. Encore moins de la fausse prétention. Il est comme ça Félix. Simple et discret. À l'image de son sport.

     (*) FITA, pour Fédération Internationale de Tir à l'Arc, est le plus au niveau de compétition en France est devance le niveau dit "Fédéral". Les deux diffèrent par la taille des cibles appelées "blasons".

    Jean-Adrien Truchassou